L’école des chauves-souris à Montady

L’école François Mitterrand située à Montady, près de Béziers, abrite des colonies de chauves-souris depuis plusieurs années. Cependant, leur présence sur le long terme a engendré des problèmes de cohabitation (odeur d’urine dans certaines classes et intrusions d’individus durant les cours). Suite à ces désagréments, la mairie de Montady a contacté le service "SOS chauves-souris" de la LPO Hérault pour réaliser une expertise et faire des propositions techniques afin de pallier aux différents problèmes rencontrés.

 

Pour donner suite à cette demande, une sortie de gîte mobilisant une demi-dizaine de personnes a été réalisée en août 2018. [La sortie de gîte consiste à compter, à la tombée de la nuit, le nombre d’individus sortant des toitures. Cette opération permet de connaître les entrées et sorties des gîtes utilisés par les chauves-souris ainsi que d’estimer la taille des colonies.] Durant cette soirée, les espèces ont pu être identifiées grâce à un détecteur à utltrasons, outil permettant de capter les fréquences d’émission d’écholocations des chauves-souris. [Au même titre que les oiseaux, chaque espèce émet sur une fréquence différente].

 

Finalement, c’est une colonie d’au moins 180 Pipistrelles pygmées, répartie sur plusieurs bâtiments, et une colonie de 28 Sérotines communes qui ont élu domicile dans l’école de Montady. La colonie de Sérotines s’est installée dans le bâtiment surnommé « Batman ».

La Pipistrelle pygmée est la plus petite espèce d’Europe (elle pèse entre 4 et 8 grammes !). Elle a le pelage brun roux clair à beige et le ventre plus clair. Son pelage est également plus clair autour des yeux.

La Sérotine commune fait partie des grandes chauves-souris (elle pèse entre 18 et 35 grammes, soit 4 fois le poids de la Pipistrelle pygmée). Sa face et ses membranes sont sombres. Son pelage est marron foncé sur le dos, un peu plus clair sur le ventre.

Ces chauves-souris sont anthropophiles, par conséquent on les retrouve régulièrement dans le bâti, notamment durant la saison de reproduction. En été, les femelles s’installent dans ces gîtes, en colonies de quelques individus à plusieurs milliers, pour mettre-bas leur unique petit de l’année et l’élever.

D’un point de vue général, les chauves-souris sont des espèces qui subissent diverses pressions surtout liées aux activités humaines, si bien que les effectifs actuels de chauves-souris sont nettement inférieurs à ceux des années 1950 (PNA chiroptère, 2016) (la fragmentation et l’urbanisation des milieux entraînant la disparition des gîtes naturels et des terrains de chasse, la rénovation ou la démolition des bâtiments, les travaux d’isolation, le traitement chimique des charpentes, le développement des axes routiers augmentant les risques de collision, l’utilisation d’insecticides, etc.).

Ainsi, au vu de la biologie complexe des chauves-souris et de la multitude des menaces pesant sur elles, les 34 espèces françaises sont protégées par la Loi de protection de la nature de 1976 en France. Détruire des chauves-souris, les capturer, les déplacer ou porter atteinte à leur gîte et/ou leurs habitats est formellement interdit. Pour rappel, les chauves-souris sont les seuls mammifères capables de voler activement. Elles jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des écosystèmes et participent au maintien de l’équilibre des milieux naturels, notamment par la régulation des effectifs d’insectes nocturnes, potentiels ravageurs de cultures et vecteurs de maladies (cas du moustique notamment).

C’est dans ce contexte de fragilité des espèces, que la LPO Hérault est intervenue à plusieurs reprises sur l’école de Montady et a mené de nombreux échanges avec les élus pour trouver les meilleurs aménagements possibles. Plusieurs propositions ont été faites et vont être mises en place :

  • La réalisation de 3 gîtes de substitution sous forme de caisson en bois, 2 pour la colonie de Sérotines communes sous l’avancée du toit du bâtiment « Batman » et 1 pour la colonie principale de Pipistrelles pygmées sur le mur au-dessus de la toiture de la classe concernée. Il s’agit ici de tenter de maintenir les animaux dans l’endroit approximatif qu’ils ont choisi (pour des raisons d’hygrométrie, de température, de luminosité très précise et de proximité aux terrains de chasse), en y apportant les modifications nécessaires à une meilleure cohabitation (cantonnement des animaux dans un caisson isolé thermiquement). Le matériel a été pris financièrement en charge par la municipalité de Montady et un bénévole de la LPO Hérault a aidé à la réalisation des caissons.

  • La réalisation d’un mur en bardage bois donnant sur le toit terrasse qui surplombe la cour pour accueillir les différentes micro-colonies de Pipistrelles pygmées réparties sur l’ensemble de l’école. Le bardage a déjà fait ses preuves dans des aménagements pour des colonies similaires.

En parallèle de la mise en place des gîtes de subsitution, les accès extérieurs concernant les toits donnant sur les salles de classes ont été obstrués durant l’hiver 2018 afin d’éviter le retour des animaux dans ces zones gênantes.

Pour la colonie de sérotines, des travaux d’ampleurs doivent avoir lieu afin d’empêcher l’accès à la toiture. En attendant, les gîtes vont être posés durant l’été 2019 afin que les individus puissent le prospecter et commencer à l’adopter.

Un nouveau suivi a été réalisé au printemps 2019 pour suivre les différentes colonies. Les Sérotines communes ont été dénombrées au nombre 32 individus sur le même bâtiment que l’année dernière. En ce qui concerne les pipistrelles, presque une centaine d’individus ont été contactés. Le bardage a bien été visité et quelques individus en sont sortis. C’est un bon présage pour les années à venir. Par contre, le gros de la colonie a trouvé refuge dans un nouveau toit mais qui ne devrait pas engendrer de problème de cohabitation au vu de sa situation.

Enfin, des animations pédagogiques seront proposées à l’école dès la rentrée prochaine pour sensibiliser les élèves, les enseignants et les parents d’élèves aux chauves-souris et leurs mœurs,

Le suivi du site et des colonies de chauves-souris dans les années à venir permettront d’avoir un retour sur cette expérience afin d’être force de propositions techniques toujours plus efficaces en fonction des SOS chauves-souris qui se présentent.

Chaque SOS est unique et nous tentons d’y répondre avec des propositions adaptées permettant de concilier bien-être et protection des chauves-souris. Afin que nous puissions continuer cette médiation et augmenter nos connaissances en diversifiant les techniques n’hésitez-pas à financer ce projet via le moteur de recherche « lilo » https://www.lilo.org/fr/sos-chauves-souris/

Un chantier bénévole de construction d'abris à chauves-souris sera proposé à notre siège départemental à Villeveyrac dimanche 23 février 2020 de 14h à 17h.
Infos/résas : http://herault.lpo.fr/agenda

Partager
Share

Les commentaires sont clos.