23 Cigognes blanches électrocutées en un week-end dans l’Hérault : une mortalité inacceptable

Les Cigognes blanches parcourent lors de leur migration post nuptiale vers l'Afrique 150 à 300 km par jour en moyenne. Un voyage de près de 40 jours jusqu'à leur site d'hivernage qui n'est pas sans dangers : 23 Cigognes blanches ont ainsi péri sur des lignes électriques haute et moyenne tension sur la commune de Villeveyrac (34) le week-end du 3 et 4 août.

 

En France, le passage migratoire est observé dès la fin du mois de juillet et se prolonge jusqu’au début du mois d’octobre. Le passage est assez étalé, 80% des oiseaux passant entre le 15 août et le 15 septembre, mais le nombre d'oiseaux passant au dessus de nos territoires sur une seule journée peut être très important, un record journalier de 2993 individus a ainsi été observé à la station ornithologique de Gruissan en 2017.
Si le changement climatique, l'artificialisation des terres, les pesticides... impactent les populations lors de ce périple, les lignes électriques sont toujours une grande menace pour ces espèces : de nombreux cas de collisions, électrisations et électrocutions sont notés dans notre département chaque année.
Ces mortalités ne sont pas une fatalité, des solutions existent afin de neutraliser ces dangers en disposant des équipement préventifs. Un partenariat existe entre la LPO et les principaux gestionnaires du réseau électrique (Commité Nationale Avifaune créée en 2004 : http://rapaces.lpo.fr/cna-oiseaux-et-lignes-electriques) cadré par une convention renouvelée en 2018 pour 6 ans.
La LPO transmets ainsi systématiquement les poteaux incriminés à Enedis ou RTE afin de neutraliser les dangers. Nous avons donc transmis ces derniers cas signalés et espérons que des travaux soient rapidement mis en place pour ne pas revivre de telles tragédies pourtant évitables.

 

Partager
Share

Les commentaires sont clos.