HelloAsso : bientôt la fin de la collecte !

92 personnes ont contribué à notre collecte sur HelloAsso. Le montant est aujourd'hui de 5.845 € ! Nous remercions ces généreuses personnes, ainsi que celles qui nous ont envoyés par chèque ou espèces leur soutien financier pour le Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage de la LPO Hérault.

Il ne nous reste que 12 jours de collecte ! A vos claviers et vos téléphones ! C'est le moment d'en parler autour de vous, de mobiliser connaissances, amis et familles pour une noble cause ! Tentons d'atteindre les 15% du budget demandé ! 

 

De notre côté, nous ne nous arrêtons pas. Les accueils continuent d'augmenter si bien que l'oiseau 2810 est arrivé ! Ce qui nous fait 360 animaux de plus que l'année passée ! Pour rappel, nous accueillons et soignons gratuitement la faune sauvage en détresse du Languedoc-Roussillon, oiseaux et petits mammifères. Alors que les activités de soins nécessitent un budget de plus de 130.000€ par an, notre association ne reçoit qu'1,5% de subvention (2000€ de la ville de Montpellier) pour nous aider dans la réalisation de cette mission. Jusqu’à présent, nos actions ont principalement été financées grâce aux dons de particuliers et d’entreprises ce qui ne nous permet pas de pérenniser certains postes clés ou de financer certaines actions importantes pour le bien des pensionnaires. C’est pourquoi, nous avons lancé cet appel à générosité.

Nous recevons régulièrement des dons alimentaires de trois ou quatre magasins et animaleries, ce qui nous aide beaucoup. Toutefois, les accueils étant toujours plus nombreux, cela ne couvre pas la moitié des besoins de tous nos pensionnaires. En moyenne, un pensionnaire coûte 48€ en terme de soins et de temps de travail - les mammifères sont toutefois ceux qui nous demandent le plus d'attention.

Vous souhaitez nous aider ? Plus la somme collectée sera importante, plus nous pourrons venir en aide aux animaux en détresse !

Rendez-vous sur ce lien : Aidez-nous à financer les soins prodigués à la faune sauvage en détresse

Partager

Les commentaires sont clos.