Faire de son jardin ou balcon un refuge pour la biodiversité

Au cœur de l’hiver et en prévision du printemps, chacun à son échelle peut agir en faveur de la biodiversité de proximité.
Nombre d’espèces animales vivent tout proche de nous alors que nous ignorons parfois même leur présence à nos côtés. Mésanges, moineaux, abeilles et autres chauves-souris nous entourent et vivent sur nos maisons ou dans nos jardins et nous rendent des services insoupçonnés. Il est facile de leur donner un petit coup de pouce afin de pourvoir continuer à cohabiter avec ces espèces fascinantes.

Le gîte…

Alors que les vieux arbres et les vieilles bâtisses se font de plus en plus rares, les animaux dits « cavicoles » ou « cavernicoles » (qui nichent ou gîtent dans des cavités) ne trouvent plus, proches de l’homme, les abris qu’elles occupaient jadis pour nicher, mettre bas ou passer l’hiver. Des nichoirs bien placés peuvent par exemple permettre de faire revenir certaines espèces d’oiseaux. Bien accrochés sur un mur sous une avancée pour des Rougequeues, sur un arbre à deux mètres de haut pour des Mésanges bleues ou charbonnières, dès le mois de février, ils pourront être visités et fréquentés.
Attention de bien placer vos nichoirs sur une façade  bien exposée (sud, est ou sud-est). Cette règle vaut également pour les gîtes à insectes, lézards ou chauves-souris qui peuvent être installés sur le balcon.
Dans le jardin, des tas de bois ou de pierres sont également très favorables pour accueillir les hérissons, lézards et crapauds.
Toutes ces espèces sont de merveilleux auxiliaires et contribueront à vous débarrasser gratuitement des « indésirables » pucerons, limaces, chenilles processionnaires et autres moustiques.

…et le couvert !

Avec l’arrivée du froid, nous pouvons proposer aux oiseaux de la nourriture pour les aider à passer la mauvaise saison. Moineaux, Pinsons, Chardonnerets, Verdiers… se régaleront de graines de tournesol que vous leur aurez mis à disposition dans une mangeoire bien en hauteur à l’abri des prédateurs (notamment des chats). Il convient de nettoyer régulièrement ce « restaurant » afin d’éviter le développement et l’échange de maladies entre les individus. Vous pouvez compléter cette alimentation par des graines de blé, maïs, millet, lin (mais pas de ricin), fruits secs (noix, amandes, noisettes décortiquées, cacahuètes non salées). 
Si des boules de graisses achetées dans le commerce ou confectionnées « maison » (avec de la graisse végétale par exemple) peuvent leur être proposées, il ne faut surtout pas leur proposer de pain sec ou de biscottes, de pâtisseries, d’aliments salés ou de noix de coco.
Alors que ce petit complément peut leur être proposé de l’entrée de l’hiver jusqu’aux beaux jours, vous pourrez alimenter un point d’eau toute l’année, lui aussi régulièrement nettoyé.
N’hésitez pas à planter des arbustes à baies qui nourriront les passereaux migrateurs comme les fauvettes lors de leur passage dans votre jardin ou les oiseaux hivernants comme le Rougegorge familier. Un Lierre permettra par exemple d’abriter la faune avec son feuillage et nourrira une trentaine d’espèces d’oiseaux, l’Aubépine monogyne près de 40, le Sureau noir plus de 80, etc.
Les plantes aromatiques permettront quant à elles de favoriser les pollinisateurs : abeilles solitaires sauvages et papillons.
Au jardin, n’hésitez-pas à laisser des coins sauvages non fauchés afin de laisser monter les plantes en graine pour nourrir les oiseaux. Vous pouvez par exemple trouver des mélanges de graines de plantes favorables aux papillons ou aux oiseaux  estampillés « LPO » à planter au jardin ou dans des jardinières.

Des petits gestes à la portée de tous

Nombre de ces aménagements peuvent être réalisés soi-même avec des plans ou « tutos » à trouver sur internet (par exemple : youtube.com/sikananature) ou achetés dans le commerce (jardineries ou en ligne sur www.lpo-boutique.com).

 

Les refuges LPO, premier réseau de jardins écologiques de France

Depuis 1921 la LPO accompagne le public dans la création de ces Refuges pour la biodiversité. En 2017, 21357 Refuges ont été créés en France. Dans l’Hérault, 365 Refuges sont actifs dont 273 chez des particuliers, 86 dans des établissements pédagogiques (écoles, maisons de retraite, centres de loisirs…), 6 sur des sites de collectivités et 2 dans des entreprises.
+ d’infos : https://www.lpo.fr/refuges-lpo
Partager

Les commentaires sont clos.