Année 2018 : l’année des changements

Rapatrieurs : une nouvelle organisation pour un bénévolat plus serein

L’organisation actuelle du centre de sauvegarde a montré ses limites durant l’été 2017, tant au niveau technique que humain. Les bénévoles rapatrieurs (notamment hors Hérault) ont souffert d’un trop grand nombre de sollicitations, et de nombreux oiseaux ne sont pas arrivés jusqu’à nous malgré leur besoin évident de soins. C’est pourquoi nous travaillons actuellement sur un nouveau schéma de rapatriement.

Les unités de soins françaises sont les seules – à notre connaissance – à avoir recours à des bénévoles rapatrieurs. Dans les pays limitrophes, les centres de sauvegarde impliquent davantage la population dans la protection et la préservation de notre faune sauvage. Cela est considéré comme un devoir civique. Ainsi chaque découvreur fait l’effort d’apporter l’animal en détresse dans le centre de soins le plus proche. Aujourd’hui, cela nous apparaît comme une évidence : nous ne pouvons pas, à notre seule échelle, protéger et préserver l’environnement aussi bien que nous le voudrions. Chacun doit devenir acteur de ce changement et cela passe par de la sensibilisation auprès des particuliers et une certaine implication de leur part. 

Nous fonctionnons comme une clinique vétérinaire, bien que nos soins soient entièrement gratuits. Nous ne possédons pas de service de transport et ne pouvons pas nous déplacer pour récupérer chaque oisillon, chaque animal blessé. Le centre de sauvegarde accueille près de 3.000 animaux par an, dont les ¾ durant l’été, ce qui représente énormément de travail. Les bénévoles rapatrieurs ne devraient être qu’une aide ponctuelle à notre activité et ne devraient pas avoir à garder les animaux chez eux durant plusieurs jours, d’autant qu’aucun d’entre eux n’est formé aux soins.

Ainsi, nous envisageons de mettre en place deux rapatriements par semaine uniquement en définissant des lieux de dépôts fixes et une heure de passage fixe, à l’instar des sites de covoiturage. Chaque découvreur sera responsable de l’animal secouru et devra s’en occuper jusqu’au jour de passage des rapatrieurs. Nous resterons bien évidement disponible pour conseiller et guider ces découvreurs. Des fiches techniques leur seront envoyées afin que la prise en charge de l’animal soit la plus facile possible.

Enfin, nous insisterons davantage pour que les oisillons soient replacés auprès de leurs parents. En effet, un oisillon trouvé au sol n'est pas forcément abandonné ou perdu et il est dommage et préjudiciable de les arracher à leurs parents car ils représentent leur meilleure chance de survie.

A venir

Nous publierons prochainement sur notre site :

. une FAQ (Foire Aux Questions) afin de répondre aux questions les plus récurrentes,

. la liste des animaux que nous ne pouvons pas accueillir,

. des conseils pour replacer les jeunes auprès de leurs parents.

Partager

Les commentaires sont clos.