Le 24 juillet, l’AlterTour faisait étape à Villeveyrac et à la LPO Hérault

C’est sur le thème « Sur les chemins de la Transition » qu’ils fêtaient cette année la dixième édition de cette manifestation cycliste hors norme. Dix ans qu’ils pédalent, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, enfants, en famille ou pas. Qu’ils partent, chaque été, à la rencontre de structures, collectifs citoyens, individus qui proposent dans tous les domaines - agricole, environnemental, économique, éducatif, social… - d’autres formes de « Vivre ensemble ». Qu’ils échangent  avec ceux et celles qui ont pris d’autres chemins, d’autres chemins vers un monde durable. Qu’ils mettent en pratique tout au long du parcours les mots solidarité, émulation, autogestion, partage, bio, local, environnement...
La première édition, en 2008, était un vrai Tour de France calqué sur l’exacte période de « l’autre » Tour de France : le très médiatisé, aux 200 coureurs surentraînés,  à leurs médecins et managers, aux 1500 véhicules, à la longue caravane publicitaire distribuant des tonnes de papier qui finiront rapidement  à la poubelle ou pis, sur la route. Après ce véritable « Tour de Force » les éditions suivantes sont parties plus modestement  à la découverte des Alternatives d’une région différente chaque année.
En 2017, du 8 juillet au 17 août, les Altercyclistes parcouraient l’Occitanie, de Toulouse à Valence, avec une « Échappée belle » chez nos voisins espagnols de la province de Gérone. Le 24 juillet, ils faisaient étape à Villeveyrac.  Accueillis pour la nuit au Mas Saint-Farriol, à la chèvrerie bio la Ferme des saveurs, c’est en voisins qu’ils sont venus, enthousiastes,  découvrir le travail et le militantisme des salariés et des bénévoles de la LPO Hérault.

 

 

La présentation très complète par notre président des missions que l’association s’est donnée, protection des espèces et de leurs habitats, expertises, éducation à l’environnement et au développement durable, fut suivie d’échanges enrichissants et des applaudissements nourris de la soixantaine de nos hôtes. Le rôle régional du Centre de Sauvegarde de la faune sauvage, son fonctionnement  ne furent pas oubliés et le moment très attendu du relâcher de six Faucons crécerelles restera  aux dires de tous un des moments forts du Tour 2017. Après une visite très pédagogique du Jardin  – mare, verger, potager, hôtel à insectes, jardin à papillons, murs et spirale de pierres sèches  - un pot de l’amitié clôturait cette belle rencontre.
La soirée se poursuivait au Mas Saint-Farriol où chaque cycliste avait planté sa tente. Après le repas  bio et local  préparé par l’équipe de service ce soir-là – le groupe fonctionne en autogestion, 2 véhicules logistiques plus une remorque vélos l’accompagnant – le président du Collectif « Non à Hinterland » qui s’oppose à l’implantation sur la commune de Poussan d’une base logistique et lieux de stockage pour le port de Sète,  présentait le pourquoi  et le comment de la lutte des habitants opposés à ce projet.

Micheline Blavier

La soirée se poursuivait au Mas Saint-Farriol où chaque cycliste avait planté sa tente. Après le repas  bio et local  préparé par l’équipe de service ce soir-là – le groupe fonctionne en autogestion, 2 véhicules logistiques plus une remorque vélos l’accompagnant – le président du Collectif « Non à Hinterland » qui s’oppose à l’implantation sur la commune de Poussan d’une base logistique et lieux de stockage pour le port de Sète,  présentait le pourquoi  et le comment de la lutte des habitants opposés à ce projet.

Afin de faire connaître et partager les projets alternatifs rencontrés, les organisateurs ont édité un recueil des alternatives pour cette édition 2017.

Micheline Blavier

Partager

Les commentaires sont clos.